Séminaire sur la lutte contre les médicaments falsifiés [hr]

Un séminaire régional sur le trafic de faux médicaments dans la zone des Balkans Occidentaux a été co-organisé par l’ASI régional et l’IRACM (Institut de recherche contre les faux médicaments) s’est tenu à Zagreb en Croatie, à 3 semaines de l’entrée de ce pays dans l’UE. Le séminaire a réuni des policiers, des douaniers et des experts des organismes de santé de toute la région (Croatie, Bosnie-Herzégovine, Serbie, Macédoine, Monténégro, Kosovo et Albanie). En présence de Mme Michèle Boccoz, Ambassadeur de France, le ministre de l’Intérieur et le ministre de la Santé de Croatie, MM. Ranko Ostojić et Rajko Ostojić, le président d’Interpol Mme Mireille Ballestrazzi, le Directeur de la Coopération Internationale de Police française, M. Emile Perez, et le Directeur de IRACM, M. Jacques Franquet, ont ouvert le séminaire à 11h00, le 4 Juin. Cet événement a rencontré un grand succès grâce à la qualité des échanges et des interventions de nombreuses personnalités (INTERPOL, Conseil de l’Europe, OMS, Office français en charge de la lutte contre les atteintes à la santé).


 

Mme Ballestrazzi (INTERPOL), M. Perez (DCI) et M. Ranko Ostojić, Ministre de l'Intérieur
Mme Ballestrazzi (INTERPOL), M. Perez (DCI) et M. Ranko Ostojić, Ministre de l'Intérieur
Séminaire sur la lutte contre les médicaments falsifiés
M. Ranko Ostojić, Ministre de l'Intérieur croate
Mme Michèle Boccoz, Ambassadeur de France, entourée des personnalités
L'ASI Régional, M. Felkay, le Ministre de la Santé, M. Ostojić, et l'ASI adjoint, M. Quilici
Son excellence, Mme Michèle Boccoz, Ambassadeur de France
Mme Ballestrazzi, Présidente d'INTERPOL
M. Franquet, co-organisateur et directeur de l'IRACM
M. Perez, DCI


 

Rassemblant les experts nationaux (police, douanes, agences de santé) mais aussi les acteurs français (O.C.L.A.E.S.P., IRACM), européens (EUROPOL, Conseil de l’Europe) et internationaux (INTERPOL, OMS, Organisation mondiale des douanes), le séminaire a permis de renforcer les liens entre les acteurs du réseau en charge de la lutte contre le crime organisé et le trafic de faux médicaments. Comme l’a rappelé la Présidente d’INTERPOL, « on ne peut agir seul ». Ces partenariats, qui impliquent acteurs publics et privés, permettent des échanges d’expérience utiles des différents acteurs engagées dans la lutte contre la criminalité pharmaceutique.

Les pays de la région souhaitent en effet améliorer leurs outils juridiques (législations, convention Médicrime) et leurs moyens (formation de policiers ou de douaniers en lien avec les agences sanitaires des pays) afin d’assurer une meilleure coordination entre les acteurs publics et privés (laboratoires, sociétés pharmaceutiques, etc.) et de mieux répondre aux défis (notamment de vente par internet).

Dernière modification : 05/07/2013

Haut de page