Multilinguisme : de la politique européenne aux salles de classe [hr]

Conférence à Zagreb :

« Multilinguisme : de la politique européenne aux salles de classe »

Le Goethe institut, l’Instituto italiano, l’Aula Cervantès de Zagreb, l’Institut français de Croatie et l’Agence croate de l’Education (Agencija za odboj i obrazovanje, AZOO) ont organisé le 23 novembre 2012 au Ministère de l’Education croate, une conférence intitulée : « Multilinguisme : de la politique européenne aux salles de classe ». L’objectif central est la promotion de l’enseignement de la seconde langue vivante. Derrière l’anglais, comme l’a rappelé Vinko Filipović, le directeur de l’AZOO, première langue vivante dans la quasi-totalité des établissements scolaires croates, les langues les plus enseignées sont, dans l’ordre, l’allemand, l’italien (sur la côte dalmate, essentiellement) et le français.


 

Ivana Franić du Département d'études françaises de l'Université de Zagreb


 

Anders Brock, de la DG traduction de la Commission européenne, a rappelé les objectifs de la politique de l’Union européenne : apprentissage minimum de deux langues étrangères, programmes d’échanges de jeunes et d’enseignants, croisement des influences culturelles…

L’importance de l’apprentissage des langues étrangères le plus tôt possible a été souligné par Claudia Riehl (université de Munich) et que cette langue soit autre que l’anglais, qui est plus facile à apprendre. De nouvelles méthodes d’apprentissage des langues ont été proposées, à travers l’intercompréhension entre langues, par Gauthier Couffin de l’université d’Albi, ou par les nouvelles technologies, par Matteo La Grassa, de l’université de Sienne.

La méthode Euro-Mania, financée sur fonds européens, se base sur l’intercompréhension entre les langues pour en faciliter l’apprentissage. Euro-Mania est pour l’instant construite sur l’intercompréhension entre langues romanes, à titre de premier exemple, mais pourrait fonctionner aussi avec d’autres familles de langues, telle la famille des langues slaves, à laquelle appartient le croate.

L’après-midi fut consacrée à des exemples de multilinguisme sur le terrain : une analyse de la situation suisse, où le multilinguisme est consubstantiel ; en Espagne, où les sections bilingues se comptent par centaines. Ivana Franić, du Département d’études françaises de l’Université de Zagreb, a présenté les projets dans ce domaine en Croatie. Cette présentation fut une découverte pour nombre de participants qui souhaitent accompagner ce travail mené par le Département d’études françaises de l’Université de Zagreb.

Dernière modification : 02/01/2013

Haut de page