Mémoire des victimes de l’Holocauste : conférence (26.1.) [hr]

La Journée internationale dédiée à la mémoire des victimes de l’Holocauste, le 27 janvier, a été proclamée par une résolution de l’Organisation des Nations Unies adoptée en 2005, à l’initiative de la France. La date retenue est celle marquant la fin du fonctionnement du camp d’extermination d’Auschwitz, en 1945. En France, la journée du 27 janvier est notamment l’occasion pour la communauté éducative d’engager une réflexion sur les génocides et de rappeler les valeurs humanistes qui fondent notre démocratie.

Conférence de M. Ophir Lévy
Conférence de M. Ophir Lévy
M. Ophir Lévy (à gauche) et M. Luc Lévy, Conseiller de coopération et d'Action culturelle près de l'Ambassade de France en Croatie
M. Ophir Lévy (à gauche) et M. Luc Lévy, Conseiller de coopération et d’Action culturelle près de l’Ambassade de France en Croatie
Conférence de M. Ophir Lévy
Conférence de M. Ophir Lévy
M. Ophir Lévy
M. Ophir Lévy

A l’occasion de cette commémoration internationale, et à quelques de la sortie en salles en Croatie du film « Le Fils de Saul » du réalisateur László Nemes, l’Institut français de Croatie a organisé le 26 janvier 2016 une rencontre avec M. Ophir Lévy, spécialiste de cinéma et philosophe, sur le thème de la représentation au cinéma de la Shoah. Cet événement a été préparé en partenariat avec l’Institut multimédia et l’éditeur du texte du philosophe Georges Didi-Huberman et Zagreb Film Festival (distributeur du film « Le Fils de Saul »).

Le conférencier a retracé l’évolution des débats sur les approches artistiques, philosophiques et politiques de la Shoah et sur la nature de la contribution du cinéma et de la télévision à la prise de la conscience, dans la population, de la réalité des crimes de masse nazis. Pendant plusieurs décennies, la question a porté sur l’opportunité même de la représentation à l’écran de la vérité historique. Ainsi, en France, les cinéastes ont rencontré des difficultés jusqu’aux années 1970, dans la mesure où les images d’archives remettaient en cause une partie du récit national focalisé sur la Résistance et la France libre. Par la suite, le débat a davantage porté sur le type de représentation retenue : approches artistiques classiques, « esthétisantes », recourant aux codes de la fiction à grand spectacle ; documentaires, confrontés au défi de la représentation de corps et paysages disparus ; innovations cinématographiques, telles que celle du « Fils de Saul », qui, en réduisant le champ de vision et systématisant l’illustration sonore, donne à ressentir la préoccupation de survie quotidienne du détenu du camp. La projection d’un film à des lycéens peut constituer un outil éducatif, qui implique toutefois une formation préalable à l’interprétation des images, étant donné par exemple les risques d’une représentation comparée des condamnés et des bourreaux SS.

Ophir Lévy est un chercheur français qui enseigne à l’Université Paris III – Sorbonne Nouvelle. Son domaine d’expertise porte sur les relations entre les images et la mémoire de la Seconde Guerre mondiale (et plus particulièrement le génocide des Juifs d’Europe). Philosophe et historien de cinéma de formation, Ophir Lévy a soutenu sa thèse, intitulée « Les images clandestines », sous la direction de Sylvie Lindeperg. Dans ses travaux, il souligne combien l’imaginaire des camps de concentration et du génocide a influencé le cinéma français et américain des années 1960 à nos jours. Ophir Lévy a été récompensé plusieurs fois pour ce travail qui, en 2016, fera l’objet d’une publication. Il est également l’auteur du livre « Penser l’humain à l’aune de la douleur. Philosophie, histoire, médecine. 1845-1945 » (publié en 2009). Il collabore régulièrement avec le Mémorial de la Shoah à Paris, le Conseil de l’Europe et d’autres institutions. (Site web : http://lesimagesclandestines.blogspot.de)

Liens utiles :

Mémorial de la Shoah : www.memorialdelashoah.org/index.php/fr/
Ressources documentaires et pédagogiques : http://eduscol.education.fr/cid4560...

Dernière modification : 11/02/2016

Haut de page