Le risque sismique en Croatie [hr]

La Croatie est située dans une zone d’activité sismique. Celle-ci se concentre dans le Nord-Ouest du pays et le long de la côte adriatique. Les séismes y sont occasionnels et de magnitude modérée. Bien que difficiles à prévoir, les phénomènes de tremblements de terre de grande ampleur demeurent rares – le plus dévastateur pour la Croatie a touché sa capitale en 1880.

JPEG - 27.2 ko
Source : European Seismological Commission (ESC)

Les séismes sont dus à une accumulation de tensions à l’intérieur de la croûte terrestre, qui se répercute au niveau des plaques constituant la couche supérieure de la terre. L’activité sismique est intense à la frontière de deux plaques, car celles-ci convergent, entrent en collision, ou glissent l’une contre l’autre le long d’une faille terrestre. On parle ainsi de tectonique des plaques. S’il se produit près d’un million de séismes chaque année, seule une faible partie d’entre eux occasionne des dégâts importants.

JPEG - 37.7 ko
Source : European Seismological Commission (ESC)

Le risque de tremblement de terre en Europe résulte de la convergence des plaques tectoniques eurasiatiques et arabiques. La Méditerranée est ainsi sujette à des séismes fréquents d’ampleur variable. Les populations les plus exposées sont situées en Grèce, en Italie, dans la péninsule des Balkans, ainsi qu’en Turquie. La Croatie n’est qu’en périphérie de cette zone d’activité sismique.

Dernière modification : 10/02/2015

Haut de page