Lancement de « Balkans’ Memory » à Zagreb [hr]

L’Institut national de l’Audiovisuel (INA) a organisé le 1er juin à Zagreb la conférence inaugurale du projet européen "Balkan’s Memory". Soutenu par la Commission européenne, Balkan’s Memory porte sur la sauvegarde et la valorisation de la mémoire audiovisuelle de sept pays de la région (Albanie, de Bosnie-et-Herzégovine, de Croatie, de l’ARYM (Macédoine), du Monténégro, de Serbie et du Kosovo).

JPEG

La sauvegarde de la mémoire audiovisuelle

Ce projet est mené en partenariat avec la Conférence permanente de l’Audiovisuel méditerranéen (Copeam), le Centre audiovisuel croate et le Centre des Archives du film de Tirana. Il répond à un appel à proposition lancé par la Commission européenne dans le cadre de l’Instrument Européen de Préadhésion (IPA).

Ce projet vise à sensibiliser les décideurs des pays de la région à la nécessité d’investir dans la sauvegarde, la numérisation, la valorisation et la gestion de leur patrimoine culturel audiovisuel, à travers une série de conférences, séminaires et actions de formation régionales organisés à destination des professionnels (détenteurs et managers de fonds d’archives).. Il a pour objectif d’encourager les échanges de savoir-faire et de renforcer les compétences des professionnels travaillant dans les centres d’archives et les télévisions de la région.

Un enjeu majeur de patrimoine culturel

Dans le contexte actuel, alors que le monde de l’audiovisuel bascule dans le tout numérique, la problématique de la sauvegarde et de la numérisation des archives cinématographiques et audiovisuelles se pose plus que jamais. Au-delà de la question de la détérioration des supports physiques, ces archives non numérisées risquent à terme de ne plus être accessibles à la consultation.

Dans les pays du Sud-est de l’Europe, la mise en place d’une politique de conservation des fonds n’est toujours pas considérée comme prioritaire. En résulte un manque de moyens pour les détenteurs de ces fonds, des équipements non renouvelés et obsolètes, une détérioration des supports et, à court terme, le risque de perdre définitivement la mémoire cinématographique et audiovisuelle des pays de la région. Il devient indispensable de sensibiliser les politiques et bailleurs de fonds à la nécessité de mettre en place une politique ambitieuse de sauvegarde et de numérisation de ces œuvres et de doter les professionnels travaillant dans ce domaine des compétences utiles à l’évaluation des volumes, de l’état de dégradation des fonds, des ressources techniques et humaines et des coûts. A long terme, la mise en place de cette politique ambitieuse et la mise aux normes internationales permettra la préservation et l’accessibilité des fonds, la possibilité d’échange et de circulation des œuvres, et la mise en réseau des décideurs et des professionnels du secteur.

Programme de la conférence

PDF - 1.1 Mo
Programme de la conférence

Dernière modification : 27/03/2013

Haut de page