L’enseignement supérieur français : généralités

L’enseignement supérieur français est marqué par une grande diversité d’établissement, dont l’organisation et les conditions d’admission varient selon la nature de l’établissement et les finalités de formation recherchées.

Trois voies coexistent dans l’enseignement supérieur français :

1. les universités, établissements publics et pluridisciplinaires qui dispensent des enseignements diversifiés à la fois généralistes et spécialisés, de tous niveaux. Les universités accueillent le plus grand nombre d’étudiants, titulaires du baccalauréat ou son équivalent, sans pratiquer, en principe, de sélection (sauf dans certaines filières (médecine, pharmacie...) ;

2.les « grandes écoles », surtout scientifiques, technologiques et commerciales, qui assurent un enseignement spécialisé de haut niveau à finalité professionnelle. L’admission dans ces écoles est très sélective, l’entrée s’y fait par concours, examen, ou dossier, éventuellement complété par un entretien.. Les écoles sont privées ou publiques. Elles dépendent du Ministère de l’Education nationale ou d’autres ministères (santé, défense, industrie...). On y accède après avoir suivi la scolarité d’une classe préparatoire post-bac (en général 2 ans) . Elles forment principalement les cadres supérieurs et intermédiaires de l’Etat et des entreprises.

3. les écoles spécialisées, qui couvrent de nombreuses filières professionnelles et qui dispensent des formations correspondant à des métiers précis : journaliste, infirmière, comédien... Le niveau de recrutement initial est variable (du bac à la licence) ;

1. Les études universitaires :

Un nouveau dispositif de formation dans l’enseignement supérieur français est progressivement mis en place depuis la rentrée universitaire 2003 (cf. processus dit « de Bologne »). Il est élaboré dans le cadre de la création d’un espace européen d’enseignement supérieur et il a pour objectif de favoriser la mobilité étudiante et de donner une plus grande souplesse aux parcours de formation.

Fondée sur la reconnaissance mutuelle de la qualité des formations et des diplômes des divers systèmes nationaux, l’harmonisation européenne des diplômes suppose :

- la validation des formations selon un système de crédits ou ECTS (European Credit Transfert System), capitalisables et transférables d’un établissement à un autre.
- L’organisation des formations en semestres et unités d’enseignements (UE)
- Une architecture des études supérieurs fondée sur trois niveaux de diplômes selon le schéme LMD : Licence (bac +3), Master (bac + 5), Doctorat (bac +8)

2. Les filières d’études dans les grandes écoles :

Il existe différents types de « grandes écoles » : instituts ou écoles supérieures publics, placées sous la tutelle d’un ministère (Education nationale, défense...), établissements dépendant des chambres de commerce et d’industrie ou établissements privés d’enseignement supérieur. Les filières d’études au sein de ces grandes écoles sont très diversifiés. Elles comprennent principalement :

  • les études scientifiques et techniques supérieures longues, généralistes ou plus spécialisées, qui permettent l’obtention du titre d’ingénieur
  • les études littéraires et scientifiques au sein des écoles normales supérieures (ENS)
  • les études de commerce et de gestion
  • les instituts d’études politiques
    Les grandes écoles ont en commun une forte sélection à l’entrée qui s’effectue sur concours. Elles se caractérisent également, en outre leur formation polyvalente et généraliste de cinq ou six ans après le bac, par la coopération avec les milieux économiques pour la formation et la recherche.

3. Les études dans les filières professionnelles :

A l’image des activités économiques, les filières professionnelles se caractérisent par leur diversité et leur hétérogénéité. On y trouve des formations longues et des formations courtes, des établissements publics et privés, des diplômes d’Etat ou des diplômes d’Ecole. Le choix d’un établissement, outre la prise en compte du coût des études, nécessite une connaissance très précise du contenu des formations et de leur réputation dans les milieux professionnels. Certains métiers se préparent dans les écoles spécialisées (ex. architecte, infirmière...) d’autres (journaliste, restauration d’art...) se préparent aussi à l’Université ou en grande école.

Dernière modification : 11/06/2007

Haut de page