Journée mondiale de la liberté de la presse [hr]

JPEG

La Journée mondiale de la liberté de la presse, le 3 mai, permet de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, d’évaluer la liberté de la presse à travers le monde, de défendre l’indépendance des médias et de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur profession. Cette année, elle coïncide avec le 250ème anniversaire de la toute première loi sur la liberté d’information (qui couvre la Suède et la Finlande actuelles).

Garantir la liberté des médias dans le monde entier est une priorité. Des médias indépendants, libres et pluralistes sont le pivot de la bonne gouvernance dans les jeunes démocraties comme dans les plus anciennes ; ils sont des garants de la transparence, la responsabilisation et l’État de droit. La défense de la liberté des médias est l’une des priorités de la politique étrangère française, qui soutient activement le travail des organisations européennes et internationales dans ce domaine.

La protection des journalistes et la lutte contre l’impunité a été consacrée par l’Assemblée générale des Nations Unies dont la résolution de novembre 2013 appelle les Etats à prévenir les violences exercées contre les journalistes, lutter contre l’impunité de leurs auteurs et favoriser un environnement libre et sûr à l’activité des journalistes. Cette résolution fait du 2 novembre la Journée internationale pour mettre fin à l’impunité des crimes contre les journalistes.
En mai 2014, l’Union européenne a adopté des lignes directrices sur l’obligation des Etats de protéger et garantir la liberté d’expression et le pluralisme des médias et de lutter contre la violence et l’intimidation dont peuvent être victimes les journalistes.
En décembre 2014, le Conseil de l’Europe a mis en place une plateforme de collecte d’informations sur les incidents visant les journalistes.

La lutte contre la propagande raciste, antisémite et xénophobe sur Internet constitue un impératif. A l’initiative du Conseil de l’Europe, une norme internationale a été définie par le Protocole additionnel de 2003 à la Convention sur la cybercriminalité, visant à la répression de toute publication sur Internet incitant à la haine, la discrimination ou la violence — ou menaçant de commettre des violences — contre des personnes en raison de leur origine ethnique, ainsi que de toute publication sur Internet niant ou justifiant des actes constitutifs de génocide ou de crimes contre l’humanité. La France et la Croatie figurent parmi les Etats l’ayant ratifié.

Cette année, l’Ambassade de France en Croatie a décidé, avec celles de Suède et de Norvège, de soutenir l’organisation à Zagreb, par l’Association des journalistes croates (HND) et la Fondation Friedrich-Ebert, d’un séminaire international consacré aux problèmes rencontrés par les médias en Europe, lundi 2 mai à 10h (Perkovčeva 2). Le député français Patrick Bloche, président de la commission des affaires culturelles et éducatives et président du groupe d’amitié France-Croatie de l’Assemblée nationale, est intervenu sur les questions de liberté, indépendance, pluralisme et honnêteté des médias audiovisuels et a présenté la législation française en la matière.


 

Participation de M. Bloche au séminaire international consacré aux problèmes rencontrés par les médias en Europe
Participation de M. Bloche au séminaire international consacré aux problèmes rencontrés par les médias en Europe
Participation de M. Bloche au séminaire international consacré aux problèmes rencontrés par les médias en Europe
Participation de M. Bloche au séminaire international consacré aux problèmes rencontrés par les médias en Europe
Participation de M. Bloche au séminaire international consacré aux problèmes rencontrés par les médias en Europe
Participation de M. Bloche au séminaire international consacré aux problèmes rencontrés par les médias en Europe
Participation de M. Bloche au séminaire international consacré aux problèmes rencontrés par les médias en Europe
Participation de M. Bloche au séminaire international consacré aux problèmes rencontrés par les médias en Europe


 

- Programme du séminaire (en anglais)

A l’initiative de l’Institut français de Croatie, la Croatie accueille à partir du 2 mai l’exposition "Dessine-moi la Méditerranée", préparée par l’association française Cartooning for Peace. Exposition à but pédagogique, faisant du dessin de presse un outil de débat et de compréhension, elle vise à sensibiliser les jeunes du pourtour méditerranéen à une pratique citoyenne des médias, à les encourager à la formation d’un esprit critique et à la réflexion sur des événements historiques ou d’actualité de la région. Elle a pu être réalisée grâce au soutien de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, engagée en faveur du journalisme citoyen en Méditerranée en tant que vecteur d’une expression libre, démocratique et solidaire. Elle est notamment présentée à Zagreb du 2 au 15 mai au cinéma Kino Europa, dans le cadre du Festival du film subversif.
- Présentation de l’exposition


Sites recommandés :

Haut-Commissariat aux droits de l’homme de l’ONU :
- Rapporteur spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression

Conseil de l’Europe :
- Commissaire aux droits de l’homme
- Commission de Venise
- Plateforme pour renforcer la protection du journalisme et la sécurité des journalistes

Union européenne :
- Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne

Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) :
- Représentant pour la liberté des médias

UNESCO :
- Soutien à la liberté d’expression
- Protection des journalistes

Journée mondiale de la liberté de la presse :
- sur les sites de l’ONU et de l’UNESCO

Journée internationale pour mettre fin à l’impunité des crimes contre les journalistes :
- sur les sites de l’ONU et de l’UNESCO

Ministère des Affaires étrangères et du développement international :
- Action de la France pour la liberté d’expression

Reporters sans frontières :
- https://rsf.org/fr

Dernière modification : 31/05/2016

Haut de page