Coopération dans le domaine de l’archéologie

L’archéologie en Croatie : domaine d’excellence d’un partenariat scientifique franco-croate.

Les recherches archéologiques en Croatie constituent un domaine d’excellence scientifique et un domaine de coopération franco-croate associant des équipes de chercheurs les plus en pointe, notamment au titre de l’archéologie sous-marine.

3 projets de fouilles archéologiques, sont actuellement en cours, lesquelles bénéficient du soutien financier du ministère des Affaires étrangères et européennes. Ils sont menés le long de la côte croate par des équipes de chercheurs Croates et Français : à Osor sur l’île de Cres, à Loron en Istrie et à Caska sur l’île de Pag. Les trois sites se trouvant dans des zones touristiques très fréquentés, il faut également souligner l’implication forte des acteurs locaux (municipalités,…) à mener, en partenariat, des actions de mise en valeur ce patrimoine culturel.

1. Loron – L’Istrie est la mer

Les recherches sur la côté occidentale de l’Istrie comprennent deux volets principaux :

-  la fouille de Loron, site abritant l’un des plus grands ateliers d’amphores mais aussi des céramiques, des lampes et de la vaisselle. Cette fouille se déroule depuis 1994 en collaboration avec l’Université de Bordeaux 3, le Musée de la ville de Porec, l’Université de Padoue et l’Ecole française de Rome.

-  Sur le littoral, les prospections et études ponctuelles, terrestres et subaquatiques, sur l’occupation et l’exploitation de la côte, sont conduites par l’équipe subaquatique du Centre Camille-Jullian et deux partenaires croates, le Musée de la ville de Porec et le Musée de la ville d’Umag.

Ce partenariat scientifique de longue date est d’une grande importance pour les partenaires qui s’efforcent en outre d’en assurer la mise en valeur des sites. La suite de l’ouvrage Loron (Croatie), publié en 2001 à Bordeaux, est en cours de préparation. Cette publication scientifique intitulée : « Loron II. Un grand centre de production d’amphores à huile istriennes », sera publié en langues française et croate en 2011.

2. Site de Caska – Novalja – l’île de Pag

Le projet scientifique franco-croate intitulé : « Navires et navigation en Dalmatie romaine : recherches d’archéologie marine et navale à Caska » est porté par le Centre Camille Jullian – Université Aix Marseille I et l’Université de Zadar. Les premières recherches, terrestres et sous-marines, ont démarré sur ce site en 2005 ; les partenaires français se sont joints à ce projet dès 2009, en effectuant une expertise sur une épave à ligature dans un état de conservation remarquable. Le programme quadriennal de ce « chantier » de recherche prévoit trois campagnes de fouilles sous-marines complétées par des études ponctuelles sur les structures côtières.

De plus, la poursuite des travaux de recherche devrait contribuer au renforcement des relations universitaires et scientifiques franco-croates.

L’Université de Zadar est particulièrement impliquée dans ce projet, qui a permis la mise en place du programme de formation en archéologie navale et maritime. Il contribuera considérablement sur la connaissance et la valorisation du patrimoine maritime et navale de cette région dalmate.

3. Le Monastère Saint-Pierre d’Osor – l’île de Cres

L’île de Cres est située au sud de la péninsule istrienne à l’archipel du Kvarner. Les travaux sur ce site ont commencé en 2006, et consistent en recherches sur l’église abbatiale, dont on conserve des vestiges en élévation, qui figure parmi les monuments les plus représentatifs de la première architecture romaine de cette région du nord-est de l’Adriatique. En 2011, les chercheurs de l’Université de Zagreb et de l’Université Paris XII prévoient, outre la campagne de prospection-géophysique de l’ensemble du site, d’élargir le programme initial en le complétant d’une prospection-inventaire sur les sites monastiques insulaires notamment des élévations de Saint-Pierre d’Ilovik.
Ce site est très important pour la communauté locale ; il contribue considérablement à une offre culturelle de ce petit village, situé sur une île très visitée. Après avoir effectué d’importantes travaux d’aménagement, le site est ouvert au public et ce dans de bonnes conditions. A terme, les partenaires croates prévoient de le transformer en un parc archéologique.

Ces différentes opérations marquent la vitalité d’un secteur scientifique d’excellence, elles contribuent non seulement à renforcer le partenariat scientifique et universitaire franco-croate, mais permettent également une mise en valeur, et aussi un développement touristique durable de sites remarquables.

Dernière modification : 26/10/2011

Haut de page